Après le printemps en hiver

21.03.2014 - 12h30  Les dernières précipitations du 4 mars avaient porté la couche à 148cm au carré de neige. Nous avons vécu depuis un magnifique épisode printanier, le manteau s'est tassé de 40cm, les faces exposées se sont entièrement mouillées jusqu'à 3000m ainsi que toutes les expositions au-dessous de 2300m. A Zinal, il reste 38cm au plat et le faces ensoleillées sont sèches. La station de la Corne 2900m a enregistré 7° le 9 à 15h, 6.6° le 13 à 15h et 4.1° le 17 à 10h30. Nous avons effectué le premier minage de printemps le 11 sur les pentes qui dominent le croisement Chiesso-Durand-Zinal. Depuis, la plupart des endroits fortement transformés en amont des pistes ont été purgés. Un scénario inhabituel fut observé chez nous comme à Grimentz: les avalanches partaient "en poire" depuis le point de minage comme habituellement avec de la neige mouillée, puis de grosses plaques se cassaient parfois sur toute la largeur des pentes, déplaçant des quantités monstrueuses de neige. En montagne, les pentes exposées se sont purgées spontanément jusqu'à 2800m. Le sable présent dans les précipitations du 27 février n'a pas tardé à faire surface, il contribue à la fonte et donne un air sale au paysage.

Les pentes de Tsarmettaz pelées, alors que le carré affiche encore 110cm le 20 
On trouve encore de la poudre sur les expositions nord au-dessus de 2500m. Le couloir de Mission, poudreux le 12 jusqu'à 1800m, était pourri le 17. Le SLF varie le danger d'avalanches entre le matin et l'après-midi depuis le 8. Depuis le 17, la région est même en degré 1 faible ante meridiem. Je n'irai pas pour autant gratter les pentes poudreuses où subsiste le fond d'ancienne neige pourrie depuis Noël, les classiques comme les Gardes de Bordon ou le Pigne me paraissent encore bien aventureuses, même si Davos annonce un danger faible. Occupé par les pentes ensoleillées, je n'ai plus eu le loisir de tester les couloirs ombragés ces derniers temps et ne peux commenter leur évolution. Autour du domaine, les couloirs sont comme damés, la neige est poudreuse-dure.

Nous étions en marge d'une perturbation les 15 et 16, des nuages ont dominé le ciel samedi. Quand les nuages bas se sont dissipés dimanche, nous avons observé de superbes cirrus en altitude.
Gérer la neige fondante est une gageure, mais les minages donnent de bons résultats et permettent de décharger les pentes sans laisser la nature choisir l'instant. Malgrès ce travail qui permet d'éviter les catastrophes, il est difficile de garder une piste ouverte sous de la neige pourrie. Une boulette déstabilisée peut entraîner de grosses quantités de neige très lourde en aval, même dans les forêts. Ainsi, des collègues se sont laissés surprendre hier, lire une avalanche sur les pistes à Zermatt. J'imagine que ceux qui protestent quand nous fermons une piste sont les plus prompts à jouer aux lecteurs reporters quand la fermeture est trop tardive.

Après le printemps en hiver, c'est l'hiver au printemps qui nous attends ce week-end. L'équinoxe fera la transition entre l'épisode doux de ces deux dernières semaines et une belle perturbation entraînés par un front froid qui changera radicalement la donne la semaine prochaine.

Aucun commentaire: