Conclusions hiver 2014

01.06.2014   A l'heure de choisir dans  l'album public "Hiver 2014" l'image marquante de la saison, j'hésite entre Les Dents du Midi  le 21 janvier au coucher du soleil, un instant de pure beauté, et les multiples images d'avalanches. Pour résumer la saison en restant les pieds sur neige, je choisis cette photo prise en amont du plat des Gouilles le 18 avril. La veille, mon jour de congé, les collègues avaient sécurisé un couloir en amont de la piste. Le minage de la neige de printemps provoqua une avalanche en forme de poire typique. La masse déclencha à mi-pente une plaque restée stable toute la saison, emportant toute la face. En prenant l'image je sondais mon arrogance, moi qui croyait commencer à comprendre quelque chose aux avalanches... La neige mouillée continua tout le printemps à se déclencher en larges plaques. 

Tsarmettaz / Les Gouilles le 18 avril

L'histoire commence en novembre, il neigea tôt cet automne; début décembre, 109cm de neige tombée laissaient une couche de 47 cm sur le domaine. Décembre resta sec, la neige se cristallisa fortement. Elle se laissa emporter par la tempête de foehn de Noël. Le 25 au soir, les pistes étaient détruites. Heureusement, la neige tomba en abondance après la tempête, la période des fête fut sauvée par 52cm tombés du 26 au 29. Il neigea régulièrement en janvier et février, les conditions de ski atteignirent la qualité de l'hiver 2013 pendant la période de carnaval. La neige est restée sèche jusqu'à mi-mars puis de premières avalanches de neige mouillée ont dû être déclenchées.
 
Le danger d'avalanches est resté marqué tout janvier et février. Le mètre accumulé sur l'ancienne neige fortement cristallisée en décembre se déclenchait en grosses plaques. Des avalanches massives, naturelles ou provoquées, ont glissé sur cette couche instable jusqu'en fin de saison. Toutes les pentes finissaient par se déclencher sur les roulements formés par la neige longuement cristallisée pendant l'accalmie de décembre. Même des talus habituellement stables formaient de grosses plaques capables d'atteindre le domaine skiable. Quand une pente se déchargeait naturellement ou par minage, le danger n'était pas pour autant écarté dans le périmètre immédiat. La situation a perduré jusqu'au printemps ou les premiers minages de neige mouillée continuaient à déclencher des plaques sur des pans entiers de montagne. Ce que je n'avais encore jamais vu à cette échelle. Du sable présent dans les précipitations du 27 février est resté visible toute la fin de saison,.

La période des fêtes fut meurtrière en Valais et la situation rapidement médiatisée, professionnels et sportifs sont restés prudents le reste de la saison. C'était un hiver "de patrouille", ils étaient nombreux à s'entraîner dans la montagne et à se rabattre sur les pistes les jours de danger. Pour dire comme un bureaucrate, la présence de randonneurs dans le domaine skiable engendre des situations complexes...

Les feuilles de calcul des mesures de cet hiver sont consultables en ligne: novembre 2013, décembre 2013, janvier 2014, février 2014, mars 2014, avril 2014. Retrouver sur l'album public et la chaîne YouTube d'autres souvenirs de cette saison. Vu que j'ai attendu juin pour clore le libellé, je peux encore y inclure les images de ces deux avalanches surprises sur les Gardes de Bordon les 9 et 10 mai. La deuxième était spectaculaire mais je suis arrivé un peu tard à la caméra. 

Aucun commentaire: