Janvier 2018

04.03.2018     Avec un cumul de 335cm, trois tempêtes dépassant les 120 km/h, dont les deux plus puissantes de ces dix dernières années, une couche dépassant les 2 mètres à Sorebois, Janvier 2018 sera la nouvelle référence. Rien n'est terminé, je rédige ce résumé début mars, cette neige est toujours en place. Quand le réchauffement printanier aura mouillé toute l'épaisseur, les pentes se purgeront et ces flocons feront à nouveau l'actualité. Retournons en janvier; j'utilise les feuilles de calcul proposées par Google qui permettent une visualisation et un partage facile des données. Un dessin surplombe le diagramme pour inclure le dépassement des deux mètres sans modifier les paramètres, l'événement est rare. Vous pouvez consulter les données au bout de ce lien.   

Cliquez pour agrandir

Eleanor posa ses 85cm bien soufflés sur un mètre de substrats divers en début de mois, la plupart des pentes se purgèrent jusqu'au terrain remplissant les digues d'altitude. Les fortes pluies jusqu'à 2300m densifièrent la neige qui se stabilisa sur les déclivités moyennes. Les grandes avalanches se déclenchaient en poudreuse mais arrivaient en vallée mouillées, une neige lourde moins volumineuse qui suit bien le relief. Ces coulées suivent la pente comme de l'eau, elles surprennent moins que les poudreuses et provoquent peu de souffle. Elles sont restées dans les digues en vallée sans provoquer de dégâts sur les forêts ou les infrastructures. La digue de Tracuit dimensionnée pour des laves torrentielles est pleine, les machines ont vidé celles de Combe Durand.

Les 83cm du 9 regarnirent les pentes nord entièrement plumées par Eleanor. Cette neige à nouveau arrosée jusqu'au sommet des forêts est bien restée en place. Elle semble avoir écrasé le vieux substrat, plus de vroums sur les pentes vierges et une baisse rapide du degré de danger aidée par une belle chute des températures. Cette neige suivie de beau temps nous offrit bien du plaisir...

Rive gauche de la Navizence, les pentes régulièrement minées ont encaissé l'épisode du 15 au 23 sans trop bouger, en comparaison du minage d'Eleanor du moins, laissant une belle couche à skier sur l'ensemble de la montagne. Sur les côtés sauvages, Moiry et rive droite, les fortes pentes se sont déclenchées spontanément avant le retour des beaux jours et des sportifs imprudents. Un redoux en fin de mois acheva de croûter la couche en vallée mais la montagne est restée poudreuse. Dans les combes, au fond des pentes, sur les pentes moyennes, une quantité incroyable de neige bien tassée, deux mètres au jalon à 2500m.

Traces de ruissellements jusqu'à 2000m,  Singlinaz le 24 janvier à 10h30

Le rapport climatologique de MétéoSuisse confirme le janvier le plus doux depuis le début des mesures, des précipitations et des vents exceptionnels. En Anniviers l'hiver commence à Vissoie, Ayer est bien enneigé, il faut passer le Pont du Bois pour trouver la couche impressionnante. Les stations de basse altitude ont vu couler leurs pistes vers les lacs, mais le vallon de Zinal baronne avec près d'un mètre en vallée. On compte 15 jours en degré 3, 6 en degré 4 et un sommet en degré 5 le 22. J'ai pu admirer la gestion du danger par les services publics et les remontées mécaniques, Zinal a beaucoup appris en 50 ans de tourisme hivernal. Pas de victime, pas de dégât. Beaucoup de blabla, beaucoup de bombes. Un peu de chance, un peu de Bon Dieu. La prévention a échoué, même par degré 4 toutes les pentes atteignables depuis les installations sont skiées. Pour achever toute velléité de vantardise, rappellons que la neige est toujours sur place. Le travail n'est pas fini, mais que la montagne est bonne! 

Ouverture de la route de Tsirouc le 28 janvier


Aucun commentaire: