Février 2019

25.03.2019   Février commença par quelques modestes apports, 21cm répartis sur les quatre premiers jours du mois. Juste de quoi recouvrir un substrat de vieille neige, fortement transformé par les basses températures et le ciel clément de janvier. Nous avions une couche bien régulière de plus d'un mètre au-dessus de 2500m, le profil réalisé le 5 montre la bonne cohésion du manteau sur les pentes NW à SE. Le soleil et le vent avaient dégarni les autres expositions, la couche moindre y subit une transformation plus radicale; on trouvait sous la neige fraîche de gros cristaux, parfois façonnés par le gel-dégel autour des cailloux et des taches herbeuses.

Un épisode emmena une trentaine de cm du 10 au 13. Les vents d'abord NW virèrent plein Nord le 11, avant de s'essouffler lentement. Deux rafales furent mesurées à plus de 100km/h le 10; c'est la constance plus que la puissance d'Eole qui poussa la neige dans les combes, et bas dans les pentes. Après la tempête, les plaques décorées de vaguelettes étaient faciles à repérer, les arêtes et les bosses pelées. Bien que satisfaisant et utile, le minage resta modeste. C'est pour utiliser les images plus que pour montrer la meilleure manière de tester la stabilité d'une pente que je publie cette vidéo: 


Le soleil occupa le ciel le reste du mois, alourdissant rapidement la neige fraîche en surface. Déjà le 12 dans l'après-midi, des skieurs engagés dans la zone de tranquillité du gibier sous le téléphérique de liaison déclenchèrent une coulée qui traversa avec puissance la route de Tsirouc. Inquiétés par la soudaineté du réchauffement, nous avons contrôlé assidûment les pentes Sud-Est en amont des pistes ouvertes. Le 14 février je déclenchais à skis une plaque qui traversa la route de la Latta. J'y retournais le lendemain avec des explosifs et nettoyais facilement tous les talus en amont de la piste. De petites coulées de neige mouillée entraînaient plus bas la totalité du manteau.

La Latta 2150m le 15 février
Les dernières neiges alourdies et cohérentes partaient en plaques sur le substrat de gros sel. Il suffisait de trouver des zones plus fines, mouillées jusqu'au sol, pour provoquer de petites coulées qui entraînaient ensuite toute la masse en aval. Quelques jours plus tard, nous avons effectué la même opération en amont du Chiesso avec les mêmes résultats.

Le Chiesso 2400m le 18 février
Il fallut attendre la fin du mois pour nettoyer une pente plus vaste exposées pareillement avec une zone de déclenchement à 2800m. Résultat spectaculaire sur cette face régulièrement skiée près des pistes. Bizarrement, les dépôts de ces coulées étaient constitués de gros blocs cohérents, mais quasi secs...

Le Col 2700m le 27 février 

Le bulletin climatologique février 2019
 annonce un des cinq févriers les plus chauds depuis le début des mesures. L'article précédent relate mes observations de phénomènes habituellement printaniers, le climat ne cesse de nous surprendre. Les vacances de carnaval de nos amis genevois et vaudois furent parfaitement enneigées et ensoleillées, et la vie en montagne agréable. Le graphique résume une fin de mois parfaite, retrouvez la feuille des données au bout de ce lien. Je note une température moyenne à 8h à la Corne de -4,45°, elle était de -13.1° l'an passé.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Le 19, une avalanche recouvrit une vaste portion de piste ouverte à Crans-Montana. Un patrouilleur en intervention de secours y perdit la vie. Le caractère inhabituel de la coulée et les circonstances du drame laissent la profession dans un profond désarrois. Je transmets toute ma sympathie à la famille et aux amis de ce collègue, victime d'une fatalité sans pitié.

Aucun commentaire: