Les baleines de Moiry

09.03.2019  -   Depuis la Corne de Sorebois, le panorama permet d'observer les domaines skiables d'Anniviers, les hautes montagnes qui couronnent la vallée, et au Nord jusqu'au préalpes bernoises. L'observation des pentes permet une estimation de la situation avalancheuse dans toute la région.

On accède facilement au vallon de Moiry par le col de Sorebois, de nombreux skieurs traversent le barrage. La zone est sauvage, jamais minée, trois personnes y ont perdu la vie depuis 2000.

On observait déjà des "gueules de baleines" suite au redoux de Noël, ces fissures du manteau neigeux se trouvent en amont de portions du manteau en cours de glissement. Cette page du site slf explique parfaitement le phénomène, qui se produit principalement quand le terrain n'a pas gelé avant d'être recouvert de neige. Dans la pratique, ceux-qui-savent évitent de passer en aval de ces plaques susceptibles de se déclencher n'importe quand et insensibles au minage. Depuis mi-février, j'observe et photographie l'évolution de quatre zones sur la rive gauche du vallon de Moiry. Des traces humaines sillonnent la montagne en tous sens cet hiver clément, toutes les pentes sont déflorées. De nombreux skieurs s'aventurent à l'aveugle, on les voit remonter à pied quand ils s’aperçoivent qu'ils skient des lignes sans issue en amont des falaises. Les règles élémentaires sont constamment violées par des montagnards du dimanche qui jouent leurs vies à la roulette. On la dit cruelle et meurtrière, mais la Montagne pardonne 99,99% des affronts qu'on lui fait.

Avalanche en plaque entre deux zones de glissement. Cliquez pour agrandir
Sur cette photo du 17 février, trois personnes ont skié entre deux gueules de baleines. Je n'aurais pas osé m'approcher de ces glissements actifs, c'est pourtant une plaque sèche alourdie en surface par le soleil qui croise les traces de ces téméraires. Je ne sais s'ils sont passés avant, pendant ou après le déclenchement de cette plaque qui infirme les théories.

Gueules de baleines en rive gauche du vallon de Moiry
Le 25 février, deux nouvelles fissures plus au nord menaçaient le passage très fréquenté à la sortie ouest du barrage. Comme le déclenchement de ces coulées est indépendant de la température ambiante, une épée de Damoclès menaçait à toute heure ce passage. Au 1er rang des suicidaires, des skieurs empruntèrent l'étroit couloir menacé par le glissement à droite de l'image. Le même jour à 15h, je constatais que la zone en amont du barrage avait lâché, ensevelissant sur 20m ce passage obligé et la sortie du mur.

Avalanche de glissement le 25.2.2019 entre 11 et 15h
Au soir, aucune disparition n'était signalée; nous aurions su où chercher. Si vous doutez de la générosité des montagnes, essayez de compter les traces des skieurs qui passèrent joyeusement, certainement en toute inconscience, sous cette masse en glissement. Des secteurs du domaine skiable sont parfois fermés pour une petite zone menacée. Ceux qui bravent les barrages jouent leurs vies à la roulette, avec un gros barillet certes, mais le drame accompli ne laisse aux survivants que d'éternels regrets. 

Aucun commentaire: