Janvier 2020

Après les dernières précipitations du 28 décembre, un temps ensoleillé et doux s'installait pour une longue période sur l'Europe centrale. Dans la continuité du troisième décembre le plus doux depuis le début des mesures, janvier se préparait à pulvériser les précédents records de chaleur. Nous entamions l'année avec une température positive à 2900m dès le matin, un peu plus tard dans la journée, je photographiais la première avalanche de glissement dans la zone exposée au sud du vallon d'Abondance à Bendolla.

Le vallon d'abondance le 1er janvier à 10h20
Que dire de la suite? Nous avons bien ressenti quelques variations du mercure, avec un minima à -16.9° le 19 à 20h, et mesuré 10cm de neige fraîche le 18 au matin, mais le mois est resté terriblement ensoleillé, doux et sec jusqu'au 28. Le ciel dégagé permettait au manteau neigeux de serrer pendant la nuit, assurant une bonne stabilité de l'ensemble, les faces exposées au sud perdirent rapidement leur couverture jusqu'à 2700m. La neige vieillissante se transformait en profondeur, le 20 déjà la trentaine de cm en station n'était plus que gros sel et se skiait comme de la poudre. Un profil effectué par les répondants locaux du SLF le 24 janvier dans le secteur des Italiens montre une vingtaine de cm de gobelets surmontés d'une couche dominée par des grains à faces planes. Nous nous attendions à des déclenchements faciles au retour des précipitations. Je ne publie pas directement ce profil sous copyright du SLF, je contourne...

Le 27 au matin, de magnifiques nuages lenticulaires sur le Weisshorn
annonçaient la fin de la période anticyclonique.

Dès le 26, enfin, le baromètre chuta et MétéoSuisse annonça le retour tant attendu des perturbations et des précipitations. Je mesurais les 12 premiers cm le 28 au matin, chiffre peu représentatif car troublé par des courants d'ouest qui culminèrent à 124km/h vers 6h du matin. Éole s'est mêlé de l'ensemble des mesures de la période, les quelques 60cm cumulés avant le grand minage du 30 sont néanmoins représentatifs de ce que nous avions sous les skis. Le danger monta rapidement en degré 3 dès les premières précipitations pour atteindre un 4 justifié le 29 suite aux 34cm bien tassés mesurables sur la planchette au matin. La couche à Sorebois dépassa le mètre, on trouvait encore plus de 40cm à Zinal malgré le gros réchauffement du 31. L'éclaircie du 30 permit de constater que la plupart des pentes s'étaient spontanément purgées pendant la tempête, le minage ne fut spectaculaire que sur les Gardes de Bordon où subsistaient de belles plaques déclenchées par hélico.

Minage des Gardes de Bordon le 30 janvier 2020 au petit matin
La montagne est belle et nos jours agréables durant ces longues périodes ensoleillées et douces, mais la succession de records de douceur commence à faire sérieusement flipper. On ressort les travaux de James Hansen qui publiait dans les années 1980 un scénario de réchauffement hélas vérifié quarante années plus tard. Insuffisant pour que la majorité suffocante impose une certaine décence aux plus gros pollueurs. On retrouve une description de ce mois de janvier particulièrement doux et ensoleillé sur le blog de MétéoSuisse et le rapport climatologique janvier 2020 par la même institution interprète le même air sur une mélodie plus chiffrée. En suivant ce  lien vers la feuille de calcul janvier 2020 vous pouvez consulter les données résumées sur le diagramme ci-dessous.

Janvier 2020 dans le vallon de Zinal. Cliquez dessus pour agrandir.

Aucun commentaire: