Hiver 2020 - Conclusions

Juin 2020 - Les hivers récents sont marqués par des températures trop clémentes et des épisodes brutaux, les contrastes influent rapidement sur un manteau neigeux difficile à appréhender. Quand les beaux jours, les apports de neige et les vacances s'ordonnent, le tourisme montagnard baronne. J'ignore si nos décideurs remarquent la coopération du ciel ces dernières saisons, ou s'ils s'attribuent les mérites d'une économie locale florissante. Pour résumer, il a fait froid en novembre pour produire la couche de fond artificielle, la neige est tombée pour Noël puis beau jusqu'à fin janvier, beaucoup de neige pour les vacances de carnaval, puis un printemps radieux. Les stations battaient tous les records de fréquentation au début du confinement, mars et avril furent ensoleillés comme jamais avec un enneigement suffisant. Nous vivons des années de vaches grasses, le coronavirus a juste gâché la magnifique coopération du ciel au chiffre d'affaire des stations alpines. 

Je constatais la première petite coulée sur les Gardes le 22 novembre, mais rien de sérieux en vue dans l'immensité du panorama. Le samedi 30, une skieur déclenchait une plaque artificielle dans la noire du Col en cours d'enneigement. Assez de neige pour ensevelir un malchanceux ou le coincer sur un canon en aval. J'eus été curieux des gesticulations juridiques en cas d'accident. Cette saison encore nous n'avons que de légers incidents à déplorer dans le vallon, beaucoup d'émois peu de dégâts. La saison fut globalement facile à gérer au niveau des avalanches, les incidents sont arrivés dans la périphérie du domaine, loin des pistes que nous devons garantir. 

Le secteur était évidemment fermé.

Les responsabilités laissent peu de marge à l'exploitation qui ferme les installations dès que le vent dépasse les 60km/h, ce n'est pas le seul critère. Le samedi 14 décembre fut perturbé par des vents à plus de 130km/h, les remontées ferment, les abonnements ne sont pas remboursés, les employés congédiés, leurs heures déduites. Nous avons vécu 5 tempêtes avec des vents à plus de 100km/h dont 3 à plus de 130km/h cette saison. La station ferme, un grand minage est indispensable même si les précipitations restent faibles, du travail et des soucis dont tous se passeraient. Les clients ne comprennent pas toujours que la situation sur le domaine skiable est bien plus venteuse qu'en vallée. Après les neiges de Noël, les températures ont pris l'ascenseur jusqu'à provoquer des avalanches de glissement le premier janvier déjà. L'ensoleillement de Sorebois en janvier modère le risque, mais de belles plaques menaçaient et se déclenchaient dans les pentes sud. Le yoyo des températures nous confronte désormais tout l'hiver aux problèmes printaniers. Janvier est resté beau et les explosifs au coffre jusqu'au 29, puis commença février et ses tempêtes qui apportèrent 135cm en 4 épisodes remarquables. 


le 14 février à 12h40
Le jour de la St-Valentin par grand beau temps et sous des températures plus qu'agréables un deltiste s'est pris dans la ligne de communication du Chiesso. L'évènement a évidemment fait le buzz, gâchant la journée d'une centaine de personnes bloquées sur la ligne pendant presque deux heures. L'imprudent n'était pas blessé, mais imaginez le même scénario par -15° avec une petite bise, on se plaignait déjà d'un froid insupportable sur les sièges et il faisait -1.2° par vent nul. La propension des amateurs de vol libre à frimer en rasant les pistes, les installations et les terrasses, provoque en moyenne un problème sérieux par hiver.  

Le ski hors-pistes et de randonnée sur le domaine skiable provoque son comptant d'accidents et de situations déplorables, les employés et les patrouilleurs n'ont pas l'autorité pour raisonner les utilisateurs de la montagne. Les zones de tranquillité du gibier en aval du domaine skiable peu respectées ne font qu'augmenter le sentiment de non-droit et d'anarchie autour des stations de ski. Fin janvier, la totalité du paysage observable était sillonné de traces de ski ou de raquettes. Le gibier autour des domaine est habitué aux skieurs; refoulés dans les forêts sauvages les adeptes de nature dérangent une faune farouche. Il eut été plus profitable de protéger de vastes zones sauvages que de petites région autour des domaines skiables. Mais bon... Changement technologique important: des caméras et radars surveillent la montagne de Combe Durand jusqu'à la Lée. Les images sont stockées et nous pouvons reconstituer les événements, vérifier que personne ne parcours la montagne, ôter le doute sur certaines situations. Ces moyens complètent les Gazex qui sécurisent désormais la rive gauche. Des journalistes enquêtent et j'espère un beau reportage sur ces dispositifs que je ne manquerai pas de partager. Autre changement matériel important, le téléphérique a vécu sa dernière saison et laissera la place à un télécabine qui doublera au bas mot le débit de l'installation de base l'hiver 2021. C'est donc une des dernières mythiques "grosses queues de Zinal" que j'ai immortalisé par drone. Ce sera la photo de l'hiver 2020 :

Le 28 février 2020 à 10h

Pour revenir à la météo et ses conséquences, nous avions 150cm de neige à Sorebois et 50cm à Zinal quand fut décrété le confinement le vendredi 13 mars. Une période printanière incroyable s'installa, avec des journées ensoleillées et des nuits assez fraîches pour maintenir et stabiliser la neige. Une montagne parfaite et fermée. Il fallut attendre les quatre derniers jours d'avril pour dépasser les 6m au cumul saisonnier, ce qui place l'enneigement du millésime bien au-dessus de la moyenne. 

Pension de la Poste à Zinal, avril 2020

Comme ressenti et constaté, il a fait trop chaud, le rapport climatologique Hiver 2019-2020 de MétéoSuisse proclame l'hiver le plus chaud depuis le début des mesures. On s'habitue... Comme je décris des hivers de six mois de novembre à avril, je partage également le rapport climatologique Printemps 2020 de MétéoSuisse, sur le podium des mesures  jusqu'à l'an prochain je suppose. Retrouvez au bout de ces liens l'album public Hiver 2020 et les feuilles de calcul pour Novembre 2019, Décembre 2019, Janvier 2020, Février 2020, Mars 2020, Avril 2020.

L'hiver 2020 fut parfait pour la pratique des sports d'hiver à Zinal, sans extrême météo. 620cm de neige, température minimale à 2900m de -17.7°, un peu plus d'agitation côté vents avec une rafale record à 137.5km/h. Parfait sans un certain vendredi 13...

Aucun commentaire: