Profil pente nord 29.03.2021

Un profil de deux mètres prend deux heures, en se contentant d'un test de compression. J'ai choisi une pente nord une vingtaine de mètres sous l'arête de la Corne, un endroit qui subit l'influence du vent, mais qui n'a été ni skié ni déclenché de la saison, une rareté fin mars. Le sol est gelé, toutes les strates sèches, alors que le soleil de printemps pousse doucement le 0° au-dessus de 3000m. 

Cliquez sur l'image pour agrandir.

C'est vraiment intéressant de constater les différences d'évolution du manteau suivant l'emplacement. Les principales particularités de cette coupe, outre les 90cm en plus du jalon au plat :

- L'épaisse strate au sol est formée de neige très ancienne, probablement tombée en octobre et soufflée par le foehn; les cristaux sont gros mais soudés, ils faut gratter pour les recueillir. J'y vois une grosse métamorphose constructive en début de saison, puis modérément destructive. 
- La deuxième strate résulte certainement de neige artificielle accumulée lors de l'effort d'enneigement de fin novembre. Les canons sont à 50 mètres.
- La troisième résulte des neiges de décembre, peu tassées par le vent et bien métamorphosées.
- Les trois couches suivantes sont tombées la deuxième quinzaine de janvier, la plus solide était poussée par des vents à plus de 120 km/h.
- Après un couche molle née des dernières neiges de janvier et des premières de février, on trouve la fameuse couche mêlée des sables du Sahara autour du 6 février. Pas de précipitation, seul le vent du sud modela cette state, mélange de neige soufflée et de sable.
- Puis une couche de faces planes très fragile. J'y vois les dernières neiges de la première quinzaine de février restées en surface jusqu'au 10 mars. Cette strate s'est effondrée après huit touchettes au test de compression. Là où plus de neige s'est accumulée dessus, elle présente le principal danger actuel et semble responsable de plusieurs accidents mortels (4 morts en Valais du 20 au 23 mars).  
- En surface les dernières neiges de mars. La couche est fine, les forts vents du N-NW ont accumulé ces précipitations sur l'autre versant. 

La deuxième faiblesse est à 60cm, j'ai pu découper jusque-là une fine lamelle et la déplacer pour l'observer à la lumière, l'ensemble est donc cohérent. La plupart des endroits similaires plus pentus se sont déjà déclenchées plusieurs fois cette saison. Jusqu'aux avalanches de printemps, le danger viendra principalement des neiges accumulées sur la très remarquable couche sablée. 

Profil au plat du 4 mars 2021

Profil effectué près du carré de mesures à Sorebois 2500m le 4 mars à 13h. Un exercice intéressant qui permet de constater l'évolution de la neige à l'endroit des mesures. Ce sont donc les 349cm de flocons tombés depuis novembre tassés et transformés sur les 112cm profilés. La température de l'air était de +0.5°.

Cliquez pour agrandir

Au moment d'entrer les observations dans le logiciel j'ai douté, certaines associations de grains me paraissent improbables comme les faces planes et les grains très fin vers 90cm. Le vent, le froid et l'ancienneté de la couche expliquent certaines évolutions. J'analyse ainsi les particularités des principales strates :

- Les gobelets au contact du sol, pourtant bien constitués, fondent et s'arrondissent. Peut-être les températures positives pendant le profilage. 
- Nous trouvons la neige tombée jusqu'au 19 janvier sous une couche dure restée en surface à 37cm. Des journées ensoleillées et douces ont créé une croûte de fonte-regel désormais fragile.
- Les neiges de 37 à 96cm correspondent à l'épisode agité du 23 au 31 janvier, les petites faces planes à 90cm sont peut-être une métamorphose constructive des grains fins majoritaires ?
- On distingue des particules sur les dernières strates, probablement tombées du 13 au 17 février.
- En surface, une croûte fragile certainement formée par les vents, avec des creux en surface typiques de la vieille neige longtemps exposée.

La surface de la zone profilée.

Février 2021

Après l'accalmie du 31 janvier, de nouvelles perturbation apportèrent quelques précipitations dans un air très doux, et nous craignions qu'enfin libérés des cités, nos clients ne bravent les dangers sans discernement. La grande combe de Singlinaz qui domine la piste de l'Aigle avait résisté aux tirs de Gazex et au minage par hélicoptère, impossible d'ouvrir le retour en station dans ces conditions. Même fermées barricadées, ces pistes sont parcourues à contre-sens par de nombreux randonneurs souvent inconscients du danger. Je mesurais 2° à Zinal le 3 au petit matin, il pleuvait jusqu'à 2400m, de nombreux talus se déclenchèrent sous la limite des forêts. Nous redoutions le scénario de Noël 2012 que j'avais résumé ainsi :

Avalanche du 22 décembre 2012 à Singlinaz.
Cliquez pour agrandir

Suivant le même plan mais dans des proportions moindres, l'avalanche de Singlinaz se déclencha peu avant 15h, recouvrant la route de la Latta et la piste jusqu'au sommet du mur noir, et le bas de la route, épargnant encore une fois de peu les bâtisses de l'alpage. Cette neige lourde n'aurait laissé aucune chance aux randonneurs présents sur son passage, même équipés comme des lions aux portes du Colisée.

Singlinaz le 3 février à 16h.

Nous n'avions plus qu'à attendre que les talus en amont de la route du retour vers la Barmette se déclenchent pour envoyer les machines ouvrir la piste. Ce que permit finalement la grosse chute des températures du 8 qui figea les pentes humides sous 2500m, rabaissant le danger d'avalanches à 2 dans la région. Après ce jour, seules les coulées déclenchées par les freeriders dans le vallon de Moiry nous préoccupèrent, l'ensemble du domaine sécurisé resta stable et je ne mesurais que 10cm supplémentaire pour le reste du mois. Avec 48cm de neige tombée et une température moyenne de -1.5° le matin en station, février resta calme et trop doux. Malgré la phobie du covid, de nombreux skieurs profitèrent des relâches de carnaval pour s'aérer dans nos stations. 

Sorebois le 6 février à 12h.

Deux incursions de nuages de sables du Sahara allaient colorer la montagne; celui des 5 et 6 fut le plus intense depuis le 21 février 2004 qui m'avait particulièrement marqué. Un retour moins spectaculaire des sables du 22 au 25 obscurcit longuement l'atmosphère, se déposant lentement jusqu'à ressembler à du stratus sur la plaine. On les remarque bien sur cette photo du coucher du soleil prise en fin d'épisode, le 24 février à 18h depuis la Corne de Sorebois. Notez qu'en 2004 le sable était mélangé à la neige, alors que cette année il s'est déposé par vents soutenus du sud, s'accumulant derrière les mouvements du terrain. 


Encore plus marquant en zoomant sur les Dents du Midi :


la feuille de calcul février 2021 et le bulletin climatologique de MétéoSuisse décrivent un février trop doux, insipide du point de vue nivologique. Je mesurais 88cm à 2500m et 44 au plat en station le 28, les talus exposés au sud sont découverts jusqu'à 2000m, on ne devrait pas tarder à cueillir les premiers tussilages.

Cliquez pour agrandir

Janvier 2021

Janvier commença dans une morosité palpable malgré les réjouissance obligatoires; du froid, peu de neige, des pistes artificielles comme succédané. Après l'épisode décrit dans l'article précédent nous reprîmes quelque espoir, la fin du mois rendit un sourire tendu aux amoureux de la neige conscients des dangers qu'elle emmène. Le graphique mensuel résume les mesures à 8h dans le vallon; barbare pour le néophyte j'y vois la synthèse des jours vécus. Seul Eole manque au tableau, j'ai rajouté en-dessous le résumé de ses frasques à la Corne :      

Cliquez sur les images pour agrandir.

Les traits bleus du premier tableau résument l'enneigement; les verticaux montrent la neige tombée et les horizontaux l'évolution de la couche, le foncé à 2500m, le clair à 1700m en station. Pour ouvrir toutes les infrastructures dans les meilleures conditions il faut 50cm en station et 1 mètre à Sorebois, chiffres atteints le 28 d'une fin de mois agitée. Tout se combina pour créer une situation dangereuse, un mauvais fond heureusement brassé par l'épisode précédent, des précipitations, du vent et un gros redoux.  Le danger 4 régna du 28 au 31, le raisonnable mètre de cumul évita les gros problèmes. Un minage régulier pendant l'épisode laissa des finitions au radieux samedi 31, et nous craignions peu pour les alentours du domaine skiable. La montée en cabine alarmait sur les conditions, tous les talus en-dessous de 2300m avaient cédé sous le poids d'un manteau alourdi par le réchauffement. Le danger résiduel menaçait principalement les pentes de basse altitude qui n'avaient pas encore lâché. La Montagne, où la gestion du danger d'avalanches est laissée au Point de Rupture, cachait ses pièges sur les pentes moyennes qui ne rompent que dans les pires configurations. Je n'avais jamais constaté autant de cassures dans les talus en aval du domaine skiable, espace que nous ne gérons d'ailleurs pas. Le minage hélico fut un peu plus spectaculaire que le précédent, mes images ne valent pas le détour.  Côté Bendolla, une impressionnante vidéo du minage cartonne sur le web.
 
Zone en aval du domaine skiable, secteurs Chiesso et Tsarmettaz
 
Le bulletin climatologique janvier 2021 de MétéoSuisse décrit un janvier hivernal et très arrosé, particulièrement en Suisse orientale. La feuille de calcul Janvier 2021 et le tableau comparatif ci-dessous confirment la tendance nationale, notez que ce sont les moyennes des températures à 8h chaque matin. 


Le danger n'est pas proportionnel aux quantités de neige, la constitution du manteau prédomine. Je n'ai pas trouvé le chiffre des âmes perdues ce janvier, il est considérable mais infime relativement aux risques pris. La Montagne est généreuse; au vu des affronts qu'elle subi son prélèvement reste moindre. Des professionnels expérimentés se font parfois piéger, la gestion du danger ne l'élimine pas, la durée de fréquentation condamne statistiquement ceux qui s'exposent souvent . A ces passionnés je dédie la photo ci-dessous, une beauté immense qui les accueille désormais.

Le vallon de Zinal le 31 janvier 2021 à 13h

Les premières images de l'album public Hiver 2021 sont en ligne. 

Enfin la neige !

17 janvier 2021  -  Plus rien à se mettre sous les lattes depuis Noël. Les pistes artificielles sauvent une fois de plus le début de saison mais comme beaucoup, ce n'est pas la neige dure qui m'intéresse. Une période perturbée annoncée bien à l'avance nous rendit espoir, nous retournions à la mine le 13 au matin pour nettoyer les 19cm mesurés sur la planchette poussés par des vents d'ouest modérés. Nous accueillions aussi avec plaisir une remontée du mercure suite à une quinzaine glaciale. Ce premier minage ne concerna que les pentes qui menacent directement le centre du domaine, les déclenchements étaient faciles, les avalanches de faible ampleur. Le SLF avait placé la région en degré 3 la veille. Jeudi 14, 13cm s'ajoutèrent au cumul et les vents forcirent jusqu'à 80km/h, juste de quoi gêner le fonctionnement des remontées mécaniques. Ils fluctuèrent entre le NNW et le plein W, nous allions retrouver de belles congères autour des principales arêtes de Sorebois. Vendredi 15, le cumul des trois jours atteint 48cm et nous minions dans de bonnes conditions de visibilité les arêtes du Col, de la Corne et de Coha du Bla avec de super résultats. Les pentes se purgeaient en grandes plaques avec de nombreux déclenchements à distance, qui nettoyaient les talus difficilement atteignables. Il ne restait pas beaucoup de neige à skier entre les coulées, celles-ci gardèrent des dimensions modeste, aucune n'atteint les forêts. Le degré 4 promulgué le 14 me parut surfait, bien que la situation soit piégeuse aucune coulées spontanée ou provoquée n'atteint les dimensions qu'on peut attendre à ce niveau d'alerte. La magnifique journée de samedi annoncée depuis le début de semaine attira évidemment de nombreux skieurs. Il ne restait plus au matin que les pentes Gazex et hélico à déclencher, ce qui donna des résultats spectaculaires sur les Gardes de Bordon. La neige bien tassées en congères atteignit une bonne vitesse, la couche supérieure légère et aérée provoqua de beaux aérosols qui noyèrent le vallon. Ce matin-là, alors que nous étions sur les dents, le danger baissa à 3 alors que nous voyions enfin des avalanches de vallée. J'ai voulu une vue d'ensemble le drone est resté stationnaire en amont du Chiesso.   


Au bilan de l'épisode nous avons touché une soixantaine de cm, le bas de la fourchette au niveau Suisse. Avec les 30cm en place nous glissons désormais sur 65cm bien tassés à 2500m, ce qui améliore grandement le ski et redonne un aspect hivernal au vallon. L'excellent blog de MétéoSuisse résume techniquement les fluctuations météo de l'épisode qui profita particulièrement à la Suisse centrale et aux Grisons. Au niveau des avalanches, les principales pentes sont purgées mais de nombreux pièges persistent sur les déclinaisons moyennes et faibles, où la neige récente est posée sur du gros sel. 

Décembre 2020

9 janvier 2021  -  Nous avons commencé décembre avec entrain et espoir; le froid et la neige revenaient, les cafetiers investissaient dans le plexiglas, les remontées engageaient le personnel saisonnier. Le 2 au matin, une quinzaine de cm rendirent à la montagne le manteau hivernal dérobé par novembre. Nous n'imaginions certes pas commencer une saison normale, mais du moins offrir à nos hôtes grand air, sports de glisse et délassement. Les courses de coupe d'Europe des 7, 8 et 9 se sont déroulées dans de bonnes conditions malgré des températures très basses. Nous ouvrions au public le 12, après avoir reçu la veille l'autorisation d'exploiter la nouvelle télécabine. Une bonne bière au Pub après le ski, nous souriions sous nos masques malgré les étranges plexiglas .  

Sorebois le 2 décembre, des tas artificiels et une maigre couche de fond.

Lundi 14 le front chaud annoncé par MétéoSuisse mouilla la neige jusqu'à 2600m, je mesurais quand-même 7cm à 2500m, une dizaine en amont. Nous trouvions 36cm à 2500m  pour 42cm de neige tombée, donc une couche peu tassée, pas de quoi profiter du hors-pistes ni damer les naturelles. Les nuits suivantes, découvertes, transformèrent la neige en gros sel. Au retour du froid et des précipitations à Noël le substrat n'était que roulement à billes et je publiais une mise en garde, la neige annoncée ne tiendrait pas. Les grandes pentes se purgèrent spontanément mais d'innombrables pièges subsistaient sur les déclivités moyennes. Seules les expositions sud où la neige avait fondu ne présentaient aucun danger. Le SLF avait placé la région en degré 3 le 12 au matin et allait garder ce niveau alibi pour le reste du mois. L'épisode provoqua son lot de frayeurs à lire sur le site de la police cantonale. La photo ci-dessous au contraste accentué montre le sommet de la combe de Tsirouc, on constate que toutes les pentes se sont purgées spontanément, effaçant les traces des chanceux qui jouèrent inconsciemment leurs vies. Ceux qui ont emprunté le premier couloir pouvaient-ils savoir qu'il s'était déclenché avant la dernière neige? J'en doute, ils y vont c'est tout.

Les hauts de Tsirouc le 26.12, cliquez sur l'image pour agrandir

Il était tombé en tout 91cm avant le premier minage de la saison le 25 décembre, dont 27 les trois jours précédents. Les dernières pentes nord ne résistèrent pas aux explosifs et le danger résiduel ne concernait que de petites plaques isolées. Une belle frayeur tout de même entre les Italiens et Barthélémy le 26, jour provisoirement le plus froid de la saison avec -18° à la Corne au matin. La surface de la neige à -26° ne glissait pas, compliquant la sortie des télésièges. Les pentes adjacentes aux domaines skiables stabilisées, restait la Montagne qui immola sa première victime dans la région le 29 au-dessus d'Hérémence. Les 28 et 29 faisaient l'objet d'une alerte vent de degré 3, nous rangeâmes toute la station pour une pointe mesurée à... 65 km/h. Nous trouvons depuis quelques congères d'au maximum 30cm à l'abris des vents d'ouest à nord. 

Lever du soleil sur le Weisshorn le 21, trois heures avant le solstice.

Le coronavirus se mêla des fêtes, les bistrots refermèrent malgré les mesures prises. On ne servait plus les skieurs qu'en take-away, les clients glacés picoraient leurs frites au alentours des buvettes, certains squattaient les wc pour se réchauffer, alors que des milliers de francs avaient été investis pour équiper les restaurants. Le plus dur dans cette tempête sociétale sera désormais de faire confiance aux girouettes qui nous dirigent.  La feuille de calcul Décembre 2020 et le tableau ci-dessous résument un décembre normalement frais, nuageux, peu neigeux dans notre région alors que partout ailleurs on annonce de beaux cumuls. Prions le Seigneur, comme dit ma coiffeuse. 

Cliquez sur l'image pour agrandir.

Pour un joyeux Noël

24.12.2020     Nous espérons recevoir un peu de neige pour Noël, le substrat défavorable m'incite à publier un message de prévention avec mes voeux. Après un novembre chaud sans précipitation, ce qui a permis aux premiers décimètres de terrain de geler, une vague de fraîcheur et un peu de neige ont recouvert le sol d'une trentaine de cm. Les pistes bénéficient désormais d'une bonne base artificielle, le froid permet une bonne production. En début de deuxième quinzaine, le beau et les nuits fraîches ont métamorphosé la neige sous fort gradient. La couche s'est transformée en sel dès 1500m, disparaissant complètement en aval. Un fort redoux depuis le 20 mouilla le manteau sous 2200m, le croûta dès 2500m sur les versants touchés par le soleil. Les pentes nord sont restées en gros grains anguleux sans aucune cohérence. Lundi 21, les pentes abruptes sous 2500m se purgeaient sous l'effet de la couche supérieure alourdie par la chaleur et la pluie. Nous manquons cruellement de neige, mais la quantité ne fait pas le danger. On peut espérer 20-30cm d'ici samedi matin, un beau cadeau mais...

Les pentes ouest à sud-est en passant par le nord en-dessus de 2200m seront extrêmement instables! 

Les protections indispensables pour sortir des pistes, DVA et sac airbag, ne serviront pas ou peu. Entraînés dans les pierres par de petites coulées, même équipés comme des lions, les membres se brisent, les fameuses premières 15 minutes ne sauvent plus. 


Je n'ai pas croisé le traineau du Père Noël, mais plein de machines bizarres dont les superbes cabines en fonction depuis le 12 décembre. La dynamique de Zinal change complètement, les travaux exécutés par la commune dans la rue centrale du village participent au ressenti positif en cette période morose. De bonnes fêtes à tous, soyez prudents, respectez le balisage et les consignes. Que le sapin serve de décoration et pas d'emballage.

Novembre 2020

On bénéficie souvent d'une longue situation anticyclonique automnale, idéalement en octobre. Cette drôle d'année, l'été indien s'est maintenu tout novembre, à peine entrecoupé par deux insignifiantes perturbations. Le blog MétéoSuisse narre un automne exceptionnellement doux et sec qui frôle les records dans de nombreuses stations, au col du Grand St-Bernard dont les mesures initiales datent de 1818, c'est le deuxième novembre le plus doux après 2015. Pas grand chose à dire sur l'enneigement, les deux perturbations laissèrent 4cm le 16 et 2cm le 20 au matin, qui fondirent rapidement sur toutes les faces un tant soit peu ensoleillées. J'enregistrais une rafale à 75 km/h le 16 et -12° le 20 à la Corne de Sorebois, de minables records provisoires. Par contre deux mercures à 6.9° à 2900m les 2 et 18 du mois, ce qui semble surréaliste... Sur les pentes nord dès 2500m et en-dessus de 3000m, la neige se cristallisa fortement, la montagne exhalait un avant-goût d'hiver. Les alentours des sources et cours d'eaux gelaient lentement, traverser certains torrents pouvait se révéler dangereux. On atteignait encore facilement les cabanes, bon nombre de randonneurs profitèrent de ce novembre ensoleillé.   

Le 29, on commence à étaler la neige artificielle sur l'arête de Sorebois.

Les températures près du sol et l'air très sec permirent la fabrication de neige artificielle dès le 12, les tas sur l'arête de Sorebois étaient quasi suffisants en fin de mois. Je commençais mon hiver auprès des remontées mécaniques le 16 par une semaine à Grimentz avant de regagner mon secteur le lundi suivant. Mon premier contrat hivernal date de l'hiver 90-91, et je me laisse encore surprendre par les caprices de cette montagne, le genre du mot ne m'étonne guère... J'ai fait un tour complet du nouveau télécabine le 27, je prends doucement conscience du changement qui se dessine et de l'outil extraordinaire qui sera mis en service le 12 décembre. Sorebois la belle s'offre une nouvelle jeunesse et si ce monde n'est pas le mien, je suis reconnaissant envers les techniciens, investisseurs et autres décideurs qui permettent ce renouveau. 

Un trou dans l'emballage du cadeau de Noël des amoureux de Zinal.

Le terrain a gelé, ce qui n'est plus arrivé depuis l'hiver 2017, nous devrions avoir moins de soucis avec les avalanches de glissement. On annonce un changement radical de temps pour le 1er décembre, même si la neige naturelle ne vient pas, la baisse des températures permettra l'enneigement technique et nous espérons être prêts pour les courses de coupe d'Europe des 7-8-9 et l'ouverture au public le week-end du 12. Le lien vers la feuille de calcul Novembre 2020 suffira pour illustrer novembre, le graphique que je publie habituellement n'a aucun intérêt. La situation sanitaire jouera aussi un grand rôle cet hiver, et nous ne pouvons qu'espérer un peu de raison de la part des autorités comme des sportifs. Les premiers laisseront respirer la population en favorisant l'accès aux grands espaces montagnards, les autres respecteront les mesures sanitaires qui juguleront l'épidémie. Ainsi soit-il.

Hiver 2021 - Situation initiale

4 octobre 2020 - Après cinq semaines contrastées, nous vivons de douces journées printanières, les pentes exposées perdent leur neige jusqu'à 3000m. L'ambiance est automnale, il pleut des aiguilles de mélèze, une planète dorée aux journées trop courtes. 

Sorebois le 31 octobre 2020 à 13h30

MétéoSuisse proclame un octobre frais et humide sur son blog, l'hiver a fait plusieurs incursions dans la période estivale. Le 30 août déjà, 10cm à 2600m, -4.3 à la Corne, puis du 25 au 28 septembre avec 20cm et -11.1°. Suivent en octobre une trentaine de cm répartis entre quatre épisodes frais, plus une quinzaine de journées de gel en montagne. Les pentes nord sont figées dès 2700m, le terrain gelé sur une dizaine de cm. L'épisode du 2 vit des vents du SE à plus de 115km/h, on trouve des congères de 40cm sur une moyenne de 20cm à 2800m. Neige dès 2200m, zones ensoleillées en fonte rapide jusqu'à 3000m, pentes nord en cristallisation. Peu de neige artificielle. En haute montagne c'est hivernal, on observe de petites coulées déstabilisées par le soleil. Parce qu'il fait chaud, 7.9° à la corne samedi, 6.9° lundi 2 novembre. Un rafraîchissement arrive ce mercredi. 

Températures Corne de Sorebois octobre 2020, cliquez pour agrandir

Comme chaque début d'hiver je photographie Sorebois depuis Le Tônet, près du sentier des Arolles. Un bel itinéraire automnale décrit sur le blog d'Images en ballade. Un couple d'aigles occupe ces contrées, ils se sont posés pour regarder deux intrus dévier du chemin. Des proies? Suffit qu'ils trébuchent...

Samain, Toussaint, Halloween, pas étonnant que les cérémonies se croisent, la période est cruciale pour la nature, l'hiver arrive, plus de marmottes. Les hommes aussi prennent le temps d'une saine réflexion, pensent à leurs défunts ou cachent leurs angoisses derrière des masques. Nous avons perdu la maîtrise de notre survie, un bûcher, un grenier et des granges pleines ne garantissent plus un hiver confortable. Nous vivons en interdépendance économique le plus souvent à flux tendu. La moindre anicroche perturbe tout, la surpopulation dépend du système. Indépendance et liberté ne sont plus que des mots, des concepts. La nature se fout du coronavirus, la morosité ne l'atteint pas, elle rit. Le soleil est au plus bas, l'hiver arrive l'écureuil est prêt, l'aigle se contentera de guetter ses erreurs.
  
Comme beaucoup d'indépendants et de saisonniers mon avenir immédiat est incertain, j'attends. C'est simple de relever des données pour remplir des classeurs, on ne m'en demande pas plus, les publications sur internet relèvent d'un effort gratuit. Exposer les données et décrire la problématique c'est poser l'équation. En authentique geek les outils numériques m'accompagnent dans toutes mes activités. Je pars donc pour un treizième hiver de mesures, de photos et de petits diagrammes qui ne diront pas ce qui arrive quand il neige, mais qui rappelleront sur quoi tombe la nouvelle couche.  

Je garde exactement la procédure habituelle décrite l'an passé sur l'article méthode des mesures publiées sur Twitter. Je veux publier souvent, rester plus près de l'actualité qu'en résumant les mois. Mais quand il neige je travaille plus, et ne peux interférer avec la communication des remontées mécaniques ou du service de sécurité de la commune. Si la pandémie m'offre du temps, j'améliorerai mes pages numériques. Retrouvez pour comparaison les situations initiales des douze hivers précédents, et espérons un millésime neigeux, froid et glissant.


Les sorbiers sont gavés, la plupart des fruitiers ont bien donné.

Je n'étais pas seul sur le chemin du Tônet, je roucoule avec Laeti, mon éternel amour. Nous traverserons la saison ensemble dans mon petit mayen en zone rouge. Avec sa présence et son regard les rigueurs de l'hiver seront plus douces, la nature et les hommes plus beaux. 

L'été des annulations

Octobre 2020 - L'été s'est déroulé entre deux vagues de contaminations au coronavirus, la plupart des manifestations, cours et autres rencontres qui jalonnent ma saison furent annulés. Le pays sortit progressivement du semi-confinement le 27 avril, l'école reprit le 11 mai. Ceux qui organisèrent des manifestations avec toutes les mesures exigées le firent le couteau sous la gorge, le risque de voir leur travail sali, jeté à la vindicte de "ceux qui l'avaient bien dit". Ce sont les héros de mon été, en particulier les jeunes d'Ayer qui maintinrent le camp des Moyes pour les enfants et les organisateurs de Sierre-Zinal, qui trouvèrent des solutions pour ne pas se contenter d'annuler. A l'heure où je résume les six mois estivaux, nous affrontons une deuxième vague qui jette le doute sur l'avenir. Mais revenons au vallon de Zinal...

Le 6 mai, Zinal est libre de neige jusqu'à 2000m.

Le printemps parfait eut vite raison de l'enneigement abondant, un arrosage régulier et le soleil allaient favoriser le monde végétal. On peut considérer que nous avions deux semaines d'avance sur le cycle printanier à la mi-mai. L'abondance de nourriture rendit la faune plus discrète que de coutume, les grands herbivores n'eurent pas à se montrer pour s'alimenter. La présence insistante des promeneurs et autres confinés en quête de nature accentua certainement le phénomène. Il y avait des gens partout, sur les chemins, dans les forêts; les campings cars et des bivouaqueurs occupèrent les places tout l'été, la police et les propriétaires fermèrent les yeux. Les températures de juin furent, selon MétéoSuisse "exactement conformes à la norme 1981-2010" et les précipitations abondantes, si bien qu'une fenaison supérieure aux moyennes fut engrangée lors de beaux épisodes ensoleillés en fin de mois. 

Le 22 mai déjà, la vallée verdoie jusqu'aux alpages.

Juillet  respecta les normes, sans excès de chaleur ni de précipitations. Les orages sont restés sympathiques, les plus gênants annoncés bien à l'avance n'ont surpris que les randonneurs mal organisés. Rapidement, les neiges résiduelles fondirent en haute montagne, ce qui découvre les pièges mais complique la progression, plus aisée sur les névés que les pierriers.

Cliquez pour agrandir
Pas de canicule ni d'interdiction de faire du feu, la période la plus chaude chevaucha juillet et août avec des records le 31 juillet vers 16h avec 36.7° à Sierre, 26.9° à Zinal et 14.6° à la Corne. Les sources ne faiblirent pas mais on peut constater sur la carte que notre région est une des seules à présenter un bilan hydrique positif. Fin août, une magnifique perturbation gâcha le Trail du Besso maintenu par la bravoure des organisateurs. Dimanche 30 au matin, on mesurait 8cm à Zinal. De beaux fronts froids blanchirent encore le vallon les 3 et 27 octobre, mois plus frais que la norme néanmoins agréable à vivre. Le rapport climatologique été 2020 de MétéoSuisse montre des températures moyennes supérieures aux normes, évidemment...


Je n'ai pas constaté d'autres anomalie côté faune, je suis juste surpris de la discrétion des souris surabondantes l'été passé. Pourquoi n'auraient-elles pas survécu à un hiver aux températures clémentes? Comme d'habitude, on cria à la surpopulation des guêpes dès qu'elles pointèrent leurs ailes, alors que je n'ai détruit aucun nid ni déploré d'accident. Les activités humaines resteront dans les annales outre les promeneurs et campeurs; l'infrastructure du village de Zinal est en mutation. La croix qui surplombe la chapelle depuis 1899 est remplacée, la rue centrale entièrement rénovée, l'hôtel Diablons qui a brûlé au printemps se reconstruit. Le téléphérique qui transforma le mayen en station de ski en 1967 sera remplacé cet hiver par un télécabine. Le pylône 2, notre tour Eiffel locale, a disparu du paysage. 

Nous avons vendangé le 19 septembre sans parvenir au quota de poids, la teneur en sucre juste passable; le printemps fut sec en plaine. Les arolles on fait peu de cônes, les fruitiers ont produit abondamment, le "coup d'hiver" du 30 août ralentit les jardins potagers et précipita la coloration des feuillus et mélèzes.   

La pandémie de covid-19 a mené de nombreux Suisses vers les beautés du pays, la nature fut littéralement envahie. La plupart sont respectueux mais le nombre poussera certainement nos autorités à restreindre l'utilisation du milieu, pour protéger la nature et le travail des paysans. La votation pour la loi sur la chasse montre un clivage radical entre ceux qui vivent dans la nature et ceux qui la fantasment depuis les villes. On parle de régulariser quand on tir des animaux pour diminuer leur pression sur l'écosystème. Je crains que l'homme n'ait rien inventé, la nature régularise... Retrouvez les photos de la saison dans l'album public été 2020. Pour conclure, j'ai volé l'image ci-dessous dans Le Temps, trop parfait...



Hiver 2020 - Conclusions

Juin 2020 - Les hivers récents sont marqués par des températures clémentes et des épisodes brutaux, les contrastes influent rapidement sur un manteau neigeux difficile à appréhender. Quand les beaux jours, les apports de neige et les vacances s'ordonnent, le tourisme montagnard baronne. J'ignore si nos décideurs remarquent la coopération du ciel ces dernières saisons, ou s'ils s'attribuent les mérites d'une économie locale florissante. Pour résumer, il a fait froid en novembre pour produire la couche de fond artificielle, la neige est tombée pour Noël puis beau jusqu'à fin janvier, beaucoup de neige pour les vacances de carnaval, enfin un printemps radieux. Les stations battaient tous les records de fréquentation au début du confinement, mars et avril furent ensoleillés comme jamais avec un enneigement suffisant. Nous vivons des années de vaches grasses, le coronavirus a juste gâché la magnifique coopération du ciel au chiffre d'affaire des stations alpines. 

Je constatais la première petite coulée sur les Gardes le 22 novembre, mais rien de sérieux en vue dans l'immensité du panorama. Le samedi 30, une skieur déclenchait une plaque artificielle dans la noire du Col en cours d'enneigement. Assez de neige pour ensevelir un malchanceux ou le coincer sur un canon en aval. J'eus été curieux des gesticulations juridiques en cas d'accident. Cet hiver encore nous n'avons que de légers incidents à déplorer dans le vallon, beaucoup d'émois peu de dégâts. La saison fut globalement facile à gérer au niveau des avalanches, les incidents sont arrivés dans la périphérie du domaine, loin des pistes que nous devons garantir. 

Le secteur était évidemment fermé.

Les responsabilités laissent peu de marge à l'exploitation qui ferme les installations dès que le vent dépasse les 60km/h; ce n'est pas le seul critère. Le samedi 14 décembre fut perturbé par des vents à plus de 130km/h, les remontées ferment. Les abonnements ne sont pas remboursés, les employés congédiés, leurs heures déduites. Nous avons vécu 5 tempêtes avec des vents à plus de 100km/h dont 3 à plus de 130km/h cette saison. La station ferme, un grand minage est indispensable même si les précipitations restent faibles, du travail et des soucis dont tous se passeraient. Les clients ne comprennent pas toujours que la situation sur le domaine skiable est bien plus venteuse qu'en vallée. Après les neiges de Noël, les températures ont pris l'ascenseur jusqu'à provoquer des avalanches de glissement le premier janvier déjà. L'ensoleillement de Sorebois en janvier modère le risque, mais de belles plaques menaçaient et se déclenchaient dans les pentes sud. Le yoyo des températures nous confronte désormais tout l'hiver aux problèmes printaniers. Janvier est resté beau et les explosifs au coffre jusqu'au 29, puis commença février et ses tempêtes qui apportèrent 135cm en 4 épisodes remarquables. 


le 14 février à 12h40
Le jour de la St-Valentin par grand beau temps et sous des températures plus qu'agréables un deltiste s'est pris dans la ligne de communication du Chiesso. L'évènement a évidemment fait le buzz, gâchant la journée d'une centaine de personnes bloquées sur la ligne pendant presque deux heures. L'imprudent n'était pas blessé, mais imaginez le même scénario par -15° avec une petite bise, on se plaignait déjà d'un froid insupportable sur les sièges et il faisait -1.2° par vent nul. La propension des amateurs de vol libre à frimer en rasant les pistes, les installations et les terrasses est responsable de nombreux problèmes.  

Le ski hors-pistes et de randonnée sur le domaine skiable provoque son comptant d'accidents et de situations déplorables, les employés et les patrouilleurs n'ont pas l'autorité pour raisonner les utilisateurs de la montagne. Les zones de tranquillité du gibier en aval du domaine skiable peu respectées ne font qu'augmenter le sentiment de non-droit et d'anarchie autour des stations de ski. Fin janvier, la totalité du paysage observable était sillonné de traces de ski ou de raquettes. Le gibier autour des domaine est habitué aux skieurs; refoulés dans les forêts sauvages les adeptes de nature dérangent une faune farouche. Il eut été plus profitable de protéger de vastes zones sauvages que de petites région autour des domaines skiables. Mais bon... Changement technologique important: des caméras et radars surveillent la montagne de Combe Durand jusqu'à la Lée. Les images sont stockées et nous pouvons reconstituer les événements, vérifier que personne ne parcours la montagne, ôter le doute sur certaines situations. Ces moyens complètent les Gazex qui sécurisent désormais la rive gauche. Des journalistes enquêtent et j'espère un beau reportage sur ces dispositifs que je ne manquerai pas de partager. Autre changement matériel important, le téléphérique a vécu sa dernière saison et laissera la place à un télécabine qui doublera au bas mot le débit de l'installation de base l'hiver 2021. C'est donc une des dernières mythiques "grosses queues de Zinal" que j'ai immortalisé par drone. Ce sera la photo de l'hiver 2020 :

Le 28 février 2020 à 10h

Pour revenir à la météo et ses conséquences, nous avions 150cm de neige à Sorebois et 50cm à Zinal quand fut décrété le confinement le vendredi 13 mars. Une période printanière incroyable s'installa, avec des journées ensoleillées et des nuits assez fraîches pour maintenir et stabiliser la neige. Une montagne parfaite et fermée. Il fallut attendre les quatre derniers jours d'avril pour dépasser les 6m au cumul saisonnier, ce qui place l'enneigement du millésime bien au-dessus de la moyenne. 

Pension de la Poste à Zinal, avril 2020

Comme ressenti et constaté, il a fait trop doux, le rapport climatologique Hiver 2019-2020 de MétéoSuisse proclame l'hiver le plus chaud depuis le début des mesures. On s'habitue... Comme je décris des hivers de six mois de novembre à avril, je partage également le rapport climatologique Printemps 2020 de MétéoSuisse, sur le podium des mesures  jusqu'à l'an prochain je suppose. Retrouvez au bout de ces liens l'album public Hiver 2020 et les feuilles de calcul pour Novembre 2019, Décembre 2019, Janvier 2020, Février 2020, Mars 2020, Avril 2020.

L'hiver 2020 fut parfait pour la pratique des sports d'hiver à Zinal, sans extrême météo. 620cm de neige, température minimale à 2900m de -17.7°, un peu plus d'agitation côté vents avec une rafale record à 137.5km/h. Parfait sans un certain vendredi 13...

La couche 2020

La neige naturelle et les températures pour produire une base artificielle sont arrivées tôt, les entraînement débutèrent le 12 novembre sur l'arête de la Corne, les premières compétitions le 20. L'ouverture au public prévue le 16 fut déplacée au 23 novembre pour garantir des pistes de qualité. Décembre garantit un bon enneigement pour les vacances de fin d'année avec un magnifique minage le jour de Noël. La neige est mesurée à Sorebois 2500m sur un carré protégé de 9m de côté, le cumul en 24h est relevé tous les matins sur une planchette blanche. Le cumul de 620cm du 1er novembre au 30 avril place cet hiver au-dessus de la moyenne. Ces bons chiffres sont valables au-dessus de 2200m, en station les épisodes finissent souvent en pluie.

Le cumul par quinzaines

L'enneigement atteint son sommet la première quinzaine de mars pour s'effondrer ensuite sous les rayons d'un printemps précoce. Il n'y eut que quelques randonneurs pour apprécier ces excellentes conditions.

L'évolution de la couche par quinzaines

03.11.2019 = 02 cm, 04.11.2019 = 04 cm, 05.11.2019 = 08 cm, 06.11.2019 = 05 cm, 08.11.2019 = 09 cm, 09.11.2019 = 10 cm, 15.11.2019 = 06 cm, 18.11.2019 = 06 cm, 28.11.2019 = 08 cm, 29.11.2019 = 08 cm, 30.11.2019 = 15 cm
Total novembre = 81 cm

02.12.2019 = 07 cm, 09.12.2019 = 04 cm, 10.12.2019 = 18 cm, 12.12.2019 = 09 cm, 13.12.2019 = 07 cm, 14.12.2019 = 32 cm, 21.12.2019 = 06 cm, 22.12.2019 = 08 cm, 23.12.2019 = 26 cm, 24.12.2019 = 31 cm, 25.12.2019 = 15 cm, 27.12.2019 = 12 cm, 28.12.2019 = 12 cm
Total décembre = 187 cm

18.01.2020 = 10 cm, 28.01.2020 = 12 cm, 29.01.2020 = 36 cm, 30.01.2020 = 14 cm, 31.01.2020 = 04 cm
Total janvier = 78 cm

03.02.2020 = 27 cm, 04.02.2020 = 11 cm, 5.02.2020 = 13 cm, 11.02.2020 = 08 cm, 12.02.2020 = 03 cm, 14.02.2020 = 19 cm, 18.02.2020 = 04 cm, 20.02.2020 = 07 cm, 26.02.2020 = 07 cm, 27.02.2020 = 15 cm, 28.02.2020 = 21 cm
Total février = 135 cm

01.03.2020 = 13 cm, 02.03.2020 = 10 cm, 03.03.2020 = 21 cm, 05.03.2020 = 09 cm, 06.03.2020 = 22 cm, 09.03.2020 = 05 cm, 11.03.2020 = 18 cm, 13.03.2020 = 08 cm, 30.03.2020 = 06 cm, 31.03.2020 = 03 cm
Total mars = 115 cm

27.04.2020 = 04 cm, 28.04.2020 = 04 cm, 29.04 2020 = 12 cm, 30.04.2020 = 04 cm
Total avril = 24 cm

Total hiver 2020 = 620 cm


Les records 2020


La saison a battu plusieurs records de chaleur, et les extrêmes de températures ne sont pas descendus bien bas. La station SLF de Sorebois à 2890m mesure les températures et les rafales de ce palmarès.


Suivent -15.6° le 12.12.2019 à 08h30 et -14.7° le 13.11.2019 à 04h00

Les vents se sont montrés plus intéressants, rappelons que je ne retiens que la plus belle rafale de chaque épisode tempétueux. 


Suivent : 
124.6 km/h WNW 291° le 28.01.2020 à 06h30
112.7 km/h SE 143° le 14.11.2019 à 23h30
95.4 km/h SE 144° Le 23.11.2019 à 05h00


La nébulosité 2020

Sur 182 jours observés, année bissextile oblige, 66 jours étaient parfaits, 53 jours étaient agréables avec une nébulosité jusqu'à 50%, 63 jours l'impression était mauvaise avec plus de 50% de nébulosité, dont 40 au ciel complètement bouché. J'estime la nébulosité entre 8h et 8h30 chaque matin à Sorebois, sur la webcam de la Vouarda en cas d'absence.




Une saison bien équilibrée, des vacances de Noël enneigées suivies d'un beau mois de janvier. Mais le beau temps est réellement arrivé avec la fermeture des stations et le confinement la deuxième quinzaine de mars. Des week-ends ensoleillés et des périodes de pointe ponctuées de très belles journées. La saison avant sa fin abrupte dépassait tous les précédents records de fréquentation.